Aller au contenu principal
Bonne pratique

Comment mettre en place le droit à la déconnexion ?

Grand T RSE exemple

Le Grand T à Nantes est le premier théâtre français à recevoir le label LUCIE en 2017. Dans le cadre de sa démarche RSE, Le Grand T a souhaité réguler l’utilisation des outils numériques pour dissocier temps de travail et temps personnel face à la variabilité de l’organisation du travail entre les salariés.

L’intention initiale

Pourquoi avoir lancé cette action à l’origine ? Quelle était votre intention initiale ? Vos objectifs ?

En tant que théâtre, le Grand T fonctionne à la fois avec des activités et des horaires de « bureau » traditionnels, mais est bien évidemment destiné à accueillir du public avec des spectacles ou activités proposées en soirée et le week-end.

L’organisation du travail est donc variable selon les secteurs d’activités, les types d’emploi et les périodes. Le temps de travail est annualisé pour prendre en compte toutes ces variations. Il était donc important de réguler l’emploi des outils numériques pour bien affirmer la différence entre vie professionnelle et vie personnelle.

 

La mise en œuvre

Comment vous y êtes-vous pris pour mettre en œuvre cette action ? Quelles étapes ?

L’engagement de discuter avec les représentants du personnel du droit à la déconnexion a été formellement pris dans le cadre du label LUCIE attribué en février 2017. Cet engagement s’inscrivait donc dans la démarche RSE initiée par Le Grand T.

Des discussions se sont donc engagées avec la Délégation Unique du Personnel (février et mars 2017) et le CHSCT (juin 2017) et se sont conclues par l’introduction dans l’accord d’entreprise d’un texte spécifique (article VI-17 voir annexe) validé par le Conseil d’Administration de l’établissement en novembre 2017.

Le sujet n’étant ni problématique, ni conflictuel, l’accord sur un texte s’est fait assez facilement.

 

Les moyens

Quels moyens ont été nécessaires (ressources, aide d’un autre acteur, indicateurs, territorial, référentiel, autre) ?

  • L’entrée en vigueur de la Loi Travail, le diagnostic posé par l’analyse des Risques Psycho-Sociaux, lancée conjointement par la Délégation Unique du Personnel et le CHSCT, ont incité à réfléchir sur ce dossier.
  • Une recherche des solutions et des bonnes pratiques (veille et échanges lors de cercles LUCIE Pays de la Loire)
  • La mise en œuvre d’outils partagés (plannings individuels partagés et faciles à consulter, utilisation des fonctionnalités d’envois programmés etc.)

 

Les résultats

Et finalement, qu’est-ce que ça a apporté à l’entreprise ? Quels résultats avez-vous obtenus (économiques ou autres) ?

  • Le texte et sa mise en œuvre ont permis de déculpabiliser certains salariés qui avaient fait le choix de ne pas consulter leurs mails en dehors de leurs périodes de travail et d’inciter d’autres salariés à les imiter.
  • L’usage des envois différés de mails dans des plages horaires « de bureau » s’est également généralisé, notamment chez les cadres.
  • Le dialogue s’est poursuivi sur ces sujets avec un accord de télétravail en 2018 et par la mise en œuvre d’une indemnité pour l’utilisation des téléphones mobiles personnel, ce qui évite de doubler les équipements.

 

Les facteurs clés de succès et écueils à éviter

Aujourd’hui, si quelqu’un veut appliquer cette pratique dans son entreprise, que lui conseilleriez-vous ? À faire ou à éviter…

  • Le dialogue social est primordial dans une entreprise de spectacle vivant.
  • La différence entre vie professionnelle et vie personnelle y est d’autant plus importante que le fonctionnement est déjà atypique en terme d’horaires et d’amplitudes, et qu’il s’agit d’un secteur où s’exercent des « métiers passion ».
  • Le texte en lui-même n’est pas porteur d’originalité particulière, mais le simple fait qu’il ait été discuté et qu’il existe officiellement est significatif d’une attention aux salariés et d’une prise en compte de leurs conditions particulières d’activité.
  • L’écueil à éviter est d’écrire un texte et de ne pas le respecter. Les cadres du Grand T ont ainsi été particulièrement sensibilisés et sont attentifs au respect des principes énoncés.

Bonne pratique rapportée par Audencia

Contact et coordonnées
Marion NAPOLY ARPIN, Responsable de la communication

84 Rue Général Buat, 44000 Nantes

En vous inscrivant recevez toutes nos actualités