Aller au contenu principal
Bonne pratique

N’go Shoes, des produits ethniques à impact positif

N’go Shoes est une entreprise du secteur de la mode éthique et solidaire, qui soutient l’émancipation des femmes tisseuses et la scolarisation des enfants au Vietnam.

photo équipe N'go rse

L’intention initiale

Pourquoi avoir lancé cette action à l’origine ? Quelle était votre intention initiale ? Vos objectifs ?

N’go Shoes est une entreprise nantaise lancée en 2016 par deux amis, Kevin Gougeon et Ronan Collin. Pour arriver à produire des baskets éthiques et solidaires, les deux amis sont partis de leur goût commun des voyages, en Amérique latine puis au Vietnam, et de l’attrait pour l’artisanat ethnique. Avec la même motivation : trouver du sens en produisant utile et responsable.

La mise en œuvre

Comment vous y êtes-vous pris pour mettre en œuvre cette action ? Quelles étapes ?

Pour construire leur projet, Kévin et Ronan ont choisi le Vietnam : Ronan connaît très bien le pays puisqu’il y a vécu plusieurs années et en maitrise la langue. « On voulait être réellement acteurs du projet et nouer une relation de confiance et de transparence avec nos partenaires sur place ».

Les deux amis n’étant pas issus du milieu de la mode ont d’abord dû se former. Ronan a trouvé sur place la première coopérative d’artisanes et l’atelier d’assemblages avec lesquels N’go travaille aujourd’hui pour produire ses baskets. Les tisseuses sont propriétaires des coopératives et s’organisent pour leur travail. Ainsi, N’go Shoes soutient l’émancipation des femmes artisanes.

« On a commencé avec une coopérative et trois femmes qui tissaient. Aujourd’hui on travaille avec trois coopératives, et c’est environ quarante femmes qui pratiquent ce savoir-faire du tissage à la main et qui en vivent. En formant d’autres femmes du village, elles maintiennent un savoir-faire. Et au-delà, nous nous sommes rendu compte que comme ce savoir-faire est détenu par les femmes, ça contribue à leur émancipation. »

Souhaitant également s’investir en faveur de la scolarisation des enfants, les co-fondateurs ont noué un partenariat avec l’ONG Sao Bien – Room for education qui construit des écoles dans des villages reculés du Nord Vietnam.

Plus récemment, N’go a lancé une collection de baskets fabriquées à partir de matières premières récyclées (jusqu’à 68%) et de sacs à dos recyclés (jusqu’à 57%). En parallèle, N’go s’est associé avec Zero Waste Shoes pour récupérer et recycler les sneakers ou leur donner une seconde vie.

Les résultats

Et finalement, qu’est-ce que ça a apporté à l’entreprise ? Quels résultats avez-vous obtenus (économiques ou autres) ?

  • N’go est distribuée dans 130 points de vente en France et en Europe, et a produit plus de 28 500 paires de baskets en 2020 (deux fois plus qu’en 2019).
  • Quatre écoles ont été construites avec l’aide de N’go depuis le début du projet, avec 50 à 60 élèves par école. L’ONG Sao Bien réalise 6 à 7 projets par an, dont un est sélectionné et financé par N’go. Avec 900 000€ de Chiffres d’Affaires en 2020, c’est environ 20.000 euros qui contribueront à construire la prochaine école.
  • Les deux entrepreneurs souhaitent aller plus loin en créant des partenariats avec des industriels français pour récolter des chaussures de toute marque dans le but d’en recycler les matières premières pour réduire l’empreinte carbone des produits. Un projet à horizon 2022.
Ngo RSE

Les facteurs clés de succès et écueils à éviter

Aujourd’hui, si quelqu’un veut appliquer cette pratique dans son entreprise, que lui conseilleriez-vous ? À faire ou à éviter…

  • Être sur place a permis aux associés d’avoir une vigilance accrue sur les assurances, le respect des conditions de travail, et ainsi d’instaurer une transparence et une relation de confiance avec leurs sous-traitants vietnamiens.
  • N’go Shoes reverse chaque année 2% de son chiffre d’affaires à l’ONG Sao Bien. En se basant sur le chiffre d’affaires, cela permet de sécuriser l’engagement de l’entreprise en suivant réellement sa croissance de manière proportionnelle.
  • Développer de nouveaux projets pour réduire toujours plus son empreinte carbone, et ne pas inciter les consommateurs à sur-consommer, en évitant la surproduction et les stocks. L’entreprise travaille actuellement sur son bilan carbone avec l’entreprise nantaise Toovalu.

Source : Les Horizons

Contact et coordonnées
Kévin Gougeon, co-fondateur

10 Allée du Port Maillard
44000 Nantes

En vous inscrivant recevez toutes nos actualités