Aller au contenu principal
Bonne pratique

Partager ses outils internes avec sa communauté

Empreinte Digitale a développé Orejime, son propre gestionnaire de consentement qui répond aux exigences du RGPD et à celles de l’accessibilité. Dans une logique de partage des connaissances, la SCOP a rendu cet outil gratuit et libre.

RSE exemple empreinte digitale

Créer un outil (numérique) pour son propre usage, se rendre compte que cela pourrait être utile à d’autres, le partager gratuitement sous licence libre sur Internet. C’est ce qu’a fait Empreinte Digitale, entreprise coopérative spécialisée dans la création de solutions numériques responsables, afin de répondre à un besoin pour lequel aucune solution n’existait.

Cet outil dont Empreinte Digitale a fait profiter la communauté des libristes, c’est Orejime, un gestionnaire de consentement pour les sites Internet, accessible aux personnes en situation de handicap.

Faire profiter autrui de leurs connaissances, apporter leur pierre à l’édifice et pérenniser une démarche en faveur des personnes en situation de handicap, tels étaient les enjeux de la diffusion du gestionnaire de consentement Orejime, sous licence libre.

L’intention initiale

Pourquoi avoir lancé cette action à l’origine ? Quelle était votre intention initiale ? Vos objectifs ?

Depuis la publication du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), le 25 mai 2018, les internautes doivent avoir, sur tous les sites européens, la possibilité de donner leur consentement préalablement au dépôt et à la lecture de certains traceurs, couramment appelés cookies.

Empreinte Digitale était donc à la recherche d’un gestionnaire de consentement, aussi appelé gestionnaire de cookies, à installer sur son site Web. Celui-ci devait répondre à deux critères essentiels pour eux, le respect du RGPD et des normes d’accessibilité numérique*. Depuis plus de 15 ans, l’accessibilité est au cœur de leurs préoccupations et de leurs développements Web ; ils ne pouvaient se passer d’installer un outil accessible sur leurs sites.

*Note : L’accessibilité numérique, c’est faire en sorte que les ressources numériques (sites web, applications…) soient utilisables par tous, quelles que soient les aptitudes mentales ou physiques. Par exemple, une personne aveugle peut utiliser un lecteur d’écran et une plage braille qui lui restitueront le contenu de la page Web. Si les normes d’accessibilité ne sont pas respectées, cet utilisateur se retrouvera bloqué lors de sa navigation.

Malgré des recherches approfondies, n’ayant pas trouvé d’outil répondant aux critères que l’équipe s’était fixés, Empreinte Digitale a donc choisi de développer son propre gestionnaire de consentement.

Dès le départ, les équipes ont décidé de développer cet outil en le rendant gratuit et libre. Pourquoi ? Faire profiter à tous d’une réponse à un besoin interne, grâce au partage sous une licence libre non restrictive. En interne, Empreinte Digitale s’appuie principalement sur des outils dits “libres”[1] pour développer les logiciels commandés par ses clients. L’éthique du logiciel libre s’appuie sur une notion de bien commun, et d’ouverture auprès de communautés d’utilisateurs impliquées ou non à la conception de ceux-ci. La particularité d’Orejime était de s’assurer du partage d’un outil respectant l’accessibilité numérique, non existant sur le marché.

[1] Définition selon le dictionnaire Larousse : « Se dit d’un logiciel dont le code source est libre d’accès, réutilisable et modifiable (Linux, par exemple) ».

».

La mise en œuvre

Comment vous y êtes-vous pris pour mettre en œuvre cette action ? Quelles étapes ?

Les développeurs de la SCOP ont d’abord réalisé un état des lieux des gestionnaires de consentement disponibles sur les plateformes de logiciels libres. Ils ont ensuite adapté le gestionnaire présélectionné Klaro! en améliorant son accessibilité numérique et en facilitant son appropriation sur de nombreux sites. C’est ainsi qu’est né Orejime, un gestionnaire de consentement qui répond aux exigences du RGPD et à celles de l’accessibilité, tout en proposant une interface simple, transparente et personnalisable.

Après avoir été ajouté sur le site d’Empreinte Digitale, Orejime a été mis en ligne sur la plateforme dédiée aux logiciels libres, Github (disponible ici). Cette mise à disposition a nécessité plus de temps que s’il avait été conçu pour un usage personnel (créer une documentation, un mode d’emploi…).

En parallèle, les développeurs restent mobilisés pour réaliser des mises à jour régulières suite aux requêtes des utilisateurs pour faire évoluer le logiciel.

 

Les moyens

Quels moyens ont été nécessaires (ressources, aide d’un autre acteur, indicateurs, territorial, référentiel, autre) ?

  • Mobilisation des équipes de développeurs pour la conception de l’outil et la gestion des requêtes d’amélioration de la part d’utilisateurs (engagement des développeurs sur le long terme)
  • Mise à disposition du savoir-faire en accessibilité numérique en s’appuyant sur le Référentiel Général d’Amélioration de l’Accessibilité (RGAA) qui permet d’appliquer les normes françaises et européennes.

Les résultats

Et finalement, qu’est-ce que ça a apporté à l’entreprise ? Quels résultats avez-vous obtenus (économiques ou autres) ?

  • Contribution à l’amélioration de l’expérience utilisateur de personnes en situation de handicap à travers l’adoption de l’outil par certains sites dont le site gouvernemental service-public.fr
  • Participation à l’effort de sensibilisation pour une meilleure prise en compte de l’accessibilité numérique par la promotion de cet outil accessible
  • Satisfaction et fierté des équipesgrâce à la reconnaissance du travail accompli à titre gracieux

Les facteurs clés de succès et écueils à éviter

Aujourd’hui, si quelqu’un veut appliquer cette pratique dans son entreprise, que lui conseilleriez-vous ? À faire ou à éviter…

  • Profiter du déploiement d’un besoin interne, ici le développement d’un outil, pour le rendre disponible à la communauté, plutôt que d’en faire un modèle marchand
  • S’inspirer de la démarche du logiciel libre qui favorise le partage d’outils et de projets

Bonne pratique rapportée par Audencia

En vous inscrivant recevez toutes nos actualités